A propos de « la critique » 关于“批判” France-Chine Zhang Tong

Publié le par lesnouvelleslumieres

Dans la langue française, plusieurs vocabulaires signifient « donner une opinion » : commenter, apprécier, évaluer, estimer, critiquer … Pourtant souvent un seul mot définit un expert-commentateur : « le critique », dont le sens propre rejoint « critiquer ». Cela dit, à la logique linguistique, il faudrait commenter par la critique, si le commentaire se veut une valeur déontologique.

Les Français nomment cette conscience de critiquer « l’esprit critique ». Qu’est-ce que c’est « l’esprit critique » ? « C'est être capable de s'interroger sur la réalité, ou la probabilité, des faits prétendus, puis sur leurs interprétations …C’est une démarche de remise en question des opinions et de leurs arguments, du vocabulaire utilisé, de la représentation du réel, de la source émettrice … » (Source de citation : http://fr.wikipedia.org/wiki/Esprit_critique). Pour vulgariser la citation, cela veut dire qu’il ne faut pas attendre qu’un Français suive la conformité pour commenter, car « l’esprit critique » le conduit systématiquement à douter sur les idées habituelles, à chercher des problèmes voire à se mettre en opposition.

Dans la langue chinoise, « critiquer » (批评 ou 批判) est un vocabulaire péjoratif. Généralement, un Chinois propose « des suggestions » pour signaler qu’il « critique » mais poliment et discrètement. Quand un Chinois commence à « critiquer » surtout en utilisant le mot批判, ça doit être normalement une chose sérieuse et grave. Le long de l’histoire contemporaine chinoise, « la critique 批判 » la plus violente et choquante se passa pendant la grande Révolution culturelle (1966 – 1976), une période tant bouleversante que les Chinois d’aujourd’hui peuvent ressentir encore la frayeur et la terreur, une fois qu’ils entendent le mot批判.

Culturellement, les Chinois n’aiment pas une confrontation orale directe dans les relations humaines. Souvent les Chinois emploient le propos du Confucius, « on n’impose pas aux autre ce qu’on ne veut pas soi-même », pour expliquer qu’il faut se mettre à la place de l’autre avant de le critiquer : si on n’aime pas la façon de critiquer offensive, il faut éviter de l’appliquer aux autres.

Alors, qu’est-ce qui peut se passer quand un Français « pour l’esprit critique » fait face à un Chinois « contre l’agression verbale directe » ?

Le Français dit : c’est ma liberté de vous critiquer, vous avez le même droit. Allons au débat !

Le Chinois répond : je n’aime pas que vous m’offensiez, et je ne veux pas non plus vous offenser. Si vous y insistez, je serai obligé de vous contre-attaquer de la même manière.

Du point de vue de diversité culturelle, il semble incontestable que les Français et les Chinois défendent respectivement leurs traditions vis-à-vis de la critique.

Cependant, sur le plan d’échanges multiculturels, la défense inflexible pourrait apporter de grandes difficultés : comment établir une plate-forme de dialogue en égalité entre un Français défenseur du débat critique et un Chinois partisan de la paix formelle ?

Si le Français ne défend que son droit de critiquer sans prendre en conscience la culturalité du Chinois, comme si le Chinois ne souligne que sa position de « rechercher les points communs en laissant de côté les divergences », sans répondre à la demande de discussion de la part française, le résultat ne pourrait pas être autrement : d’un côté le Chinois n’arrive pas à faire taire le Français, de l’autre côté, le Français ne réussit pas non plus à mettre le Chinois à l’écoute.

Pour favoriser à la fois la diversité culturelle et la communication interculturelle, personnellement je ne vois pas de raccourci : dans le respect des différences, le Français devrait parler moins mais écouter plus ; quant au Chinois, il devrait savoir assumer la critique à double sens.

在法语里,“评价”“评论”有很多词汇表达:commenter, apprécier, évaluer, estimer, critiquer… 但是“评论家”通常只有一个词:le critique,而critique的本意是“批评”,“批判”。从字面上看,要想自己的评论显得既专业又有价值,一定要“批评批判”的评论。

法国人把这种批评批判的主动意识称为“批判精神”。那么什么是“批判精神”?“对各种现实,各种可能性,各种表象,以及表象的各种诠释具有质疑的能力。。。尝试质疑各种观点以及这些观点的依据,措词,真实性,引证来源。。。”(词解出处 : http://fr.wikipedia.org/wiki/Esprit_critique)。更通俗易懂的说,就是你不要指望法国人能顺着你的观点看问题,因为“批判精神”让他们总喜欢挑毛病挑刺儿,或者站在你的对立面审视问题。

而在中文里,“批评”“批判”是贬义词。一般地,中国人用“提意见” 表示客气婉转的批评。如果中国人开始“批评”甚至“批判”时,那一定已经是一件严肃而严重的事了。在近代中国,最触目惊心的“批评”和“批判”发生在文化 大革命年代(1966 - 1976),那些不堪回首的往事足以让今天的中国人听到“批判”这个词时,依然毛骨耸然,心有余悸。

可以说,中国人的传统里不喜欢人与人之间直接的语言冲突。中国人常常喜欢用孔子的话“己所不欲,勿施于人”来解释,在批评别人之前,要设身处地的考虑别人接受批评的心境:自己不喜欢直接顶撞的批评方式,也一样不要强加给别人。

那么,喜好批判的法国人,遇到了反感语言冲撞的中国人,会发生什么呢?

法国人说:我有批判你的自由,你也有批判我的自由。我们辩论吧。

中国人回答:我不喜欢你冒犯我,我也不想冒犯你。不过如果你坚持要这样做,那我不得不“以其人之道还治其人之身”。

从维护文化多元的角度看,法国人和中国人捍卫各自的文化传统都应该无可非议。

然而从文化交流的角度看,这种各自坚持的态度会为沟通带来很大的困难:如何把爱批判爱辩论的法国人和喜欢搁置争议的中国人放在一个平等的对话平台上呢?

如果法国人只是自顾自的捍卫批判的权利,而不理会中国人的文化感受,同时中国人只是强调“求同存异”,却并不回应法国人希望讨论问题的呼声,那么结果只能是显而易见的:一方面中国人无法强迫法国人闭嘴,另一方面法国人也别指望中国人能听进去批评。

在我看来,既要维护文化多元又想加深文化沟通,应该没有捷径:只能在相互尊重文化差异的前提下,法国人少说话多聆听,而中国人呢,敢于承担批评与被批评。

 

http://www.facebook.com/profile.php?id=1110162925

Publié dans français

Commenter cet article